Etre de braves gens

Publié le 24 Avril 2013

Etre de braves gens

Sentiments mélangés après ce fameux vote d’hier soir, un malaise qui ne me quitte pas, un fond de tristesse, des sursauts d’espérance… alors que Monsieur rentrait avec une très bonne nouvelle qui le faisait rayonner et me rendait si fier de lui.

A défaut d’être en France, je lis, j’écoute beaucoup les medias français.

Comment ne pas être choquée d’entendre le mépris quotidien que nous réservent la presse, la radio et la télévision.

Nous serions les mauvais, les méchants, les fachos, les …phobes de toutes choses…

Le dernier en date qui m’a bien faire rire (jaune), c’est cet article où l’auteur bien connu se place en « moderne » contre les « braves gens » qui sont contre parce qu’ils ne comprennent rien à rien, en gros parce que lui, il a la culture et moi, du fin fond de mon p’tit village du Perche, je serais une brave fille qui comprend rien aux livres !

La nausée me rattrape.

Heureusement je me souviens de Maman qui nous a toujours dit qu’on peut travailler de ses mains et lire Balzac ou Proust.

Heureusement je me souviens de mon grand-père qui travaillait à l’usine mais jouait dans une troupe de théâtre et lisait les Mémoires de De Gaulle aux derniers jours de sa vie.

Heureusement je pense à Jeanne, sa femme, gantière, qui remplissait ses carnets de magnifiques dessins.

Ils sont ceux qui ont construit mon gout des livres dès l’enfance en même temps que je les accompagnais au chapelet du vendredi et découvrais la puissance de la Foi.

Alors non, je ne lâcherai rien car c’est mon devoir envers les miens de transmettre a mon tour ces valeurs qui m’ont construite et sont la base de notre vie de famille.

Rédigé par Zélie

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Gaëlle 26/04/2013 15:05

Même sentiment de tritesse et d'accablement dans ma Petite Famille..
Avec cette détestable sensation d'être méprisés et considérés comme des sous-riens..

Pour ma part j'ai passé plusieurs jours sans regarder les informations ni lire le journal, pour ne plus voir les explosions de joie de ceux qui considèrent cela comme une victoire pour la société..

J'ai de plus en plus peur pour l'avenir sociétal de mes enfants, et comme le dit Monsieur, ce sera à nous d'expliquer à nos enfants ce qu'il s'est passé, et de leur apprendre les vraies valeurs..

Zélie 28/04/2013 04:59

Je crois qu’il n’y a aucune victoire quand ce sont les plus fragiles de nos sociétés qui sont mis en danger.
Les gens vont se réveiller un jour, c’est certain mais, entre temps, combien de « familles » auront souffert ?
C’est ce qu’on appelle la modernité, parait-il ! Moi, dans ces cas-là, je me sens très dinosaure :)

Sabine 25/04/2013 22:46

mêmes sentiments très partagés depuis mardi... on y croyait quand même un peu... Quant à cet article que je n'avais pas encore lu, ... il se passe de commentaires! Mais nous non plus, on ne lachera rien, pour nos enfants, qui sont (encore) l'avenir de la société !

Zélie 28/04/2013 05:06

C’est vrai que c’est une vertu chrétienne à développer, qu’oser dire ce que l’on pense.
Un principe oublié dans nos sociétés si artificielles !
Tout nous pousse à avoir l’air d’être alors qu’on devrait être et c’est tout !

sabine 26/04/2013 14:44

Je comprends, et c'est vrai que le fait d'aller manifester donne du courage et ote ce sentiment d'isolement (surtout quand on pietine 4h, à cause d'un grand afflux de personnes). Il faut encourager les gens à dire ce qu'ils pensent : je ne vois que cela pour sortir de l'impasse dans laquelle notre pays se trouve. Triste de penser que personne n'ose plus livrer le fond de sa pensée par peur d'un jugement bien-pensant... Je crois que c'est notre rôle, en tant que chrétiens, de montrer la voie sur ce sujet là

Zélie 26/04/2013 04:26

Cette image que l’on veut donner de nous : que nous sommes des gens en marge, peu représentatifs de la société me blesse beaucoup.
C’est une stratégie comme une autre pour faire passer la loi. Pourtant la majorité des gens avec qui je parle en France sont contre ces changements imposés mais n’osent pas le dire …de peur qu’on les prenne pour ce qu’ils ne sont pas.
C’est très triste à observer.